Musique Classique en ligne - Actualité, concerts, bios, musique & vidéos sur le net.

Musique classique et opéra par Classissima

Giacomo Puccini

vendredi 9 décembre 2016


Classiquenews.com - Articles

2 décembre

CD, annonce. ANNA NETREBKO chante Manon Lescaut…( 2 cd Deutsche Grammophon)

Classiquenews.com - Articles CD, annonce. ANNA NETREBKO chante Manon Lescaut… Après avoir « osé » Turandot dans son dernier cd VERISMO (CLIC de CLASSIQUENEWS d’octobre et novembre 2016 ), la soprano Anna Netrebko revient au disque avec un autre opéra de Puccini, mais dans sa version intégrale : MANON LESCAUT, un rôle qui l’occupe depuis deux ans, et qu’elle a chanté récemment sur scène, comme dans ce cd, au dernier Festival de Salzbourg 2016. Dans Verismo, la diva planétaire, chantait plusieurs extraits de Manon dont « In quelle trine morbide », Deutsche Grammophon édite en décembre l’intégrale de l’opéra avec lequel Puccini connut son premier grand succès lyrique. MANON LESCAUT CROISE L’HISTOIRE AMOUREUSE D’ANNA NETREBKO Il faut de la force et de la puissance, c’est une ténacité réelle accordée à un jeu tout en finesse pour incarner Manon, précise Anna Netrebko. Le personnage de Manon revêt aussi un caractère particulier dans la vie personnelle de la chanteuse : la Manon puccinienne lui a permis de rencontrer son partenaire, assurant le rôle de Desgrieux : le ténor Yusif Eyvazov ; c’était à Rome en 2014 sous la direction de Ricardo Muti ; depuis les deux artistes se sont marier et chantent toujours les deux personnages amoureux. Chanter la jeune femme légère et insouciante dans le Paris baroque de Louis XV, alors compagne de l’étudiant sans le sou, Desgrieux ; puis la maîtresse d’un fermier général riche, enfin mourir exilée en Louisianne, exige davantage qu’une belle voix sensuelle et prenante : la cantatrice doit maîtriser et affiner sa propre conception du personnage. Qu’en est il réellement dans ce disque, miroir des représentations à Salzbourg à l’été 2016 ? Réponse dans notre prochaine grande critique dans le mg cd dvd livres de classiquenews.com CD, annonce. GIACOMO PUCCINI : Manon Lescaut — Anna Netrebko, Yusif Eyvazov, Armando Pina, Carlos Chausson, Benjamin Bernheim, Konzertvereinigung Wiener Staatsopernchor, Münchner Rundfunkorchester, Marco Armiliato (direction). 2 cd Deutsche Grammophon 0289 479 6828 3 — Live from Salzburg festival 2016. ____________________ LIRE AUSSI : CD, compte rendu critique. « VERISMO » : Boito, Ponchielli, Catalani, Cilea, Leoncavallo, Mascagni, Puccini, airs d’opéras par Anna Netrebko, soprano (1 cd Deutsche Grammophon). De La Wally à Gioconda, d’Adrienne Lecouvreur à Marguerite, sans omettre les pucciniennes Butterfly, Liù et Turandot, aux côtés de Manon Lescaut, Anna Netrebko confirme son immense talent d’actrice. En plus de l’intensité d’une voix de plus en plus large et charnelle (medium et graves sont faciles, amples et colorés), la soprano émerveille et enchante littéralement en alliant risque et subtilité. C’est à nouveau une réussite totale, et après son dernier album Iolanthe / Iolanta de Tchaikovsky et celui intitulé VERDI, la confirmation d’un tempérament irrésistible au service de l’élargissement de son répertoire… Au très large public, Anna Netrebko adresse son chant rayonnant et sûr ; aux connaisseurs qui la suivent depuis ses débuts, la Divina sait encore les surprendre, sans rien sacrifier à l’intelligence ni à la subtilité. Ses nouveaux moyens vocaux même la rendent davantage troublante. CLIC de CLASSIQUENEWS de septembre 2016. De Boito (né en 1842), le librettiste du dernier Verdi (Otello et Falstaff), Anna Netrebko chante Marguerite de Mefistofele (créé à La Scala en 1868), dont les éclats crépusculaires préfigurent les véristes près de 15 années avant l’essor de l’esthétique : au III, lugubre et tendre, elle reçoit la visite du diable et de Faust dans la prison où elle a été incarcérée après avoir assassiné son enfant. « L’altra notte in fondo al mare » exprime le désespoir d’une mère criminelle, amante maudite, âme déchue, espérant une hypothétique rémission. Même écriture visionnaire pour Ponchielli (né en 1834) qui compose La Gioconda / La Joyeuse sur un livret du même Boito : également créé à La Scala mais 8 ans plus tard, en 1876, l’ouvrage affirme une puissance dramatique première en particulier dans l’air de Gioconda au début du IV : embrasée et subtile, Netrebko revêt l’âme désespérée (encore) de l’héroïne qui dans sa grande scène tragique (« Suicidio ! ») se voue à la mort non sans avoir sauvé celui qu’elle aime, Enzo Grimaldi… l’espion de l’Inquisition Barnaba aura les faveurs de Gioconda s’il aide Enzo à s’enfuir de prison. En se donnant, Gioconda se voue au suicide. LIRE notre critique complète du cd VERISMO par Anna Netrebko

Classiquenews.com - Articles

30 novembre

VIDEO, entretien. Opéra de Tours : présentation de la saison 16-17 par Benjamin Pionnier, nouveau directeur

VIDEO, entretien. Opéra de Tours : présentation de la saison 16-17 par Benjamin Pionnier, nouveau directeur. Nouvellement nommé à la direction de l’Opéra de Tours, le chef d’orchestre Benjamin Pionnier présente les lignes artistiques de la saison 2016-2017, saison symphonique avec l’Orchestre symphonique Région Centre-Val de Loire / Tours, et saison lyrique (7 opéras). Benjamin Pionnier précise les orientations et les choix qui offrent à la nouvelle saison sa cohérence. Ayant une idée très précise de la sonorité finale ciblée, il s’agit d’enrichir encore le travail avec les musiciens de l’orchestre symphonique grâce à un choix de répertoire renouvelé (poèmes symphoniques, compositeurs anglais du début du XXè ou Stravinsky..). ; les jeunes publics ne sont pas oubliés (concerts bébé concerts pour les Petites Oreilles), comme concernant les opéras programmés, Benjamin Pionnier a sélectionné un cycle révélant la forte personnalités de metteurs en scène dans des oeuvres inédites à Tours (Russalka, L’Homme de la Mancha…). Entretien vidéo © studio CLASSIQUENEWS.TV — réalisation : Philippe Alexandre PHAM 2016 LIRE aussi notre présentation des temps forts de la nouvelle saison 2016 – 2017 de l’Opéra de Tours ____________________ Opéra de Tours, saison lyrique 2016 – 2017. Présentation générale et temps forts de la saison opéra à Tours sous la conduite de son nouveau directeur, le chef d’orchestre, Benjamin Pionnier. Si l’on voulait dégager une ligne artistique principale, la nouvelle saison lyrique tourangelle met l’accent sur les grandes amoureuses tragiques et passionnées, telle Lucia, Tosca, Russalka, sans omettre la délicieuse Lakmé. C’est de toute évidence, l’affirmation au Grand Théâtre de Tours, du répertoire autant lyrique que symphonique, car ici, Puccini, Dvorak, ou Delibes affirment, chacun idéalement, un sens de la couleur et des atmosphères phénoménal. Pour servir ces choix prometteurs, l’Opéra accueille quelques grandes divas de l’heure, sans omettre la coopération toujours active de l’orchestre maison, l’OSRCVLT – Orchestre symphonique Région Centre-Val de Loire / Tours, invité à défendre des partitions orchestralement passionnantes… Pas moins de 7 propositions lyriques à venir en 2016 – 2017, à partir de septembre 2016 à l’Opéra de Tours qui propose ainsi, d’abord en ouverture de saison nouvelle, un somptueux récital lyrique mettant en avant l’une des divas françaises les plus bouleversantes de l’heure (et ces dernières années étrangement absente du paysage hexagonal), la soprano coloratoure Annick Massis. L’équipe de Classiquenews se souvient de son éblouissante Traviata à Liège (VOIR notre reportage vidéo exclusif) : incandescence des phrasés d’une finesse absolue, technicité coloratoure parfaite, surtout instinct et style vocal d’une irréprochable vérité : des qualités aussi exceptionnelles que rares qui font de “La Massis”, l’une des dernières divas belcantistes de notre siècle avec … Edita Gruberova. La diva a tout aujourd’hui pour convaincre et éblouir et c’est un récital événement qui se profile ainsi à Tours, le vendredi 16 septembre 2016 , 20h (Airs d’opéras de Donizzetti, Bellini, Rossini, Massenet, Debussy… sous la direction de Benjamin Pionnier). EN LIRE +




Classiquenews.com - Articles

17 novembre

LIVRES, compte rendu critique. Réflexions sur TOSCANINI, musique et politique par Harvey Sachs (Editions Notes de nuit)

LIVRES, compte rendu critique. Réflexions sur TOSCANINI, musique et politique par Harvey Sachs (Editions Notes de nuit). Le biographe Harvey Sachs a publié dès 1991 son essai sur Toscanini (Reflections on Toscanini), en voici l’édition française, pour certains chapitres, réécrits, complétés, enrichis des nouveaux apports ou événements survenus depuis la parution du texte originel. Les 11 chapitres ou « réflexions » ont le ton de la mise au point, effaçant d’emblée certains préjugés ou contre vérités qui continuent pourtant d’entacher le mythe Toscanini. Né en 1867, alors que Brahms et Verdi composaient toujours, le chef italien légendaire n’eut qu’un seul tort, s’éteindre trop tôt à 90 ans (quand même), ou naître pas assez tard : car les témoignages de ses années fastes (les décennies 1930, 1940, 1950…) sont inexistants ou rares ; l’homme télévisuel jouera de fait le jeu médiatique des caméras et sessions filmées qu’à la fin des années 1940, or la direction et le tonus avaient changé. Certes ici on relèvera des tournures parfois déclamatoires, intempestives, voire radicales, liées certainement à un agacement face aux détracteurs et critiques systématiques. Ce qui est surprenant, c’est dès le début, un règlement de compte et une attaque en règle, vis à vis des chefs narcissiques et télégéniques, généreux en manifestations émotionnelles et reconnaissance du public : Karajan et Bernstein. L’auteur en fait les exacts opposés d’un Toscanini, raide mais droit dans ses bottes, sans compromission d’aucune sorte, infaillible, exigeant, ne s’abaissant à aucune marque de faiblesse ou de complaisance. L’art est sa vie. La musique, une vocation et la source d’un continuel dépassement. « Toscanini est à présent le meilleur chef d’orchestre, vraiment car il a tout : âme, poésie, souplesse, audace, raffinement, instinct dramatique — en deux mots, un vrai miracle » : le commentaire vaut bien des louanges, mais ici l’auteur écarte toute réserve : Puccini lui-même dans une lettre de 1922. De chapitre en chapitre se précise outre l’infatigable travailleur, aussi discipliné que Karajan quoiqu’on en dise, la figure du Résistant, de l’humaniste fraternel qui confronté à la montée du fascisme, quitte d’abord l’Italie, puis abandonne Bayreuth, enfin Salzbourg ; poursuivant une carrière à New York et aussi assurant (auparavant) la renaissance de La Scala au début du XXè (installant une fosse pour l’orchestre en 1907 !). Sa probité se rapproche plutôt d’un Mahler qui fut lui aussi, un immense directeur d’Opéra (à Vienne, au moment où Toscanini refonde le Théâtre scaligène). L’éclat de son esprit intransigeant face à la Barbarie s’affirme dans les chapitres plus historiques (« Toscanini et Mussolini », « Toscanini, Hitler et Salzbourg »…). Les derniers textes (« Regarder, puis écouter Toscanini ») tentent de réhabiliter le geste et le son légués par le chef, grâce à une habile analyse des documents vidéo désormais disponibles, et aussi à partir du fonds sonore également publié. Dommage sur ce point que l’éditeur n’ait pas eu l’opportunité de joindre un cd ou un dvd pour se faire une idée concrète et donc de permettre au lecteur mélomane, de juger sur pièces. Le texte demeure complet et richement documenté, en outre illustré grâce à un cahier central photographique. Le mythe Toscanini mérite évidemment des analyses sérieuses ; il reste tant encore à découvrir, écouter ou voir du Maestro – les derniers avatars du legs Toscanini à New York le démontrent encore (sujets du chapitre 8 : « le legs Toscaini »), que toute synthèse sur les dernières recherches et découvertes, est la bienvenue. Ce texte, d’abord américain, ici dans sa traduction française, en fait partie. Très instructif. _____________________ LIVRES, compte rendu critique. Réflexions sur TOSCANINI, musique et politique par Harvey Sachs. Editions Notes de nuit, collection : « la beauté du geste » — parution : octobre 2014, octobre 2016. ISBN : 978-2-9541100-5-9 — 238 pages.



Musique classique et opéra par Classissima



[+] Toute l'actualité (Giacomo Puccini)
2 déc.
Classiquenews.com...
1 déc.
En kiosque (via S...
30 nov.
En kiosque (via S...
30 nov.
En kiosque (via S...
30 nov.
Classiquenews.com...
17 nov.
Classiquenews.com...
13 nov.
Musique classique...
10 nov.
Resmusica.com
26 oct.
Le blog d'Olivier...
21 oct.
Classiquenews.com...
20 oct.
Resmusica.com
16 oct.
Resmusica.com
10 oct.
La lettre du musi...
7 oct.
Le blog d'Olivier...
6 oct.
Resmusica.com
3 oct.
Resmusica.com
2 oct.
Classiquenews.com...
26 sept.
La lettre du musi...
23 sept.
Les blogs Qobuz
23 sept.
Classiquenews.com...

Giacomo Puccini




Puccini sur le net...



Giacomo Puccini »

Grands compositeurs de musique classique

La Boheme Tosca Operas Turandot Nessun Dorma Madame Butterfly

Depuis Janvier 2009, Classissima facilite l'accès à la musique classique et étend son audience.
Avec des services innovants, Classissima accompagne débutants et mélomanes dans leur experience du web.


Grands chefs d'orchestre, Grands interprètes, Grands artistes lyriques
 
Grands compositeurs de musique classique
Bach
Beethoven
Brahms
Debussy
Dvorak
Handel
Mendelsohn
Mozart
Ravel
Schubert
Tchaïkovsky
Verdi
Vivaldi
Wagner
[...]


Explorer 10 siècles de musique classique ...